1
Partages
Pinterest Google+

Comment j’ai adopté un Gnou fait parti de ces petits jeux qui permettent de développer l’imaginaire. On a déjà présenté ici Impro Emotion, Mimtoo, Imagidés ou Speech qui ont tous ce point commun de nous inciter à lâcher-prise entre potes pour créer des histoires de folie. Encore un beau jeu de dés avec comment j’ai adopté un gnou qui incite à partir très très loin dans le délire !

 

Pourquoi celui-ci en particulier ?
  1. Avec plein de potes
    De 3 à 8 joueurs, voilà ce qu’il faut pour jouer à comment j’ai adopté un gnou. De quoi passer de superbes soirées avec ses copains de l’impro ou d’ailleurs !
  2. 120 thèmes
    Dont on te promet qu’ils sont meilleurs que les thèmes du public. Ici pas de « Hollande vs Sarkozy », mais des choses beaucoup plus recherchées comme « Comment j’ai bâti mon immense fortune » ou « J’ai passé une très bonne soirée avec une fée ».
  3. Des dés
    Qui permettent de relancer l’histoire, de la reprendre, de la compléter. Un petit outil supplémentaire pour permettre aux histoires de prendre vie et de gagner en ampleur !
  4. Histoire interactive
    Dans ce jeu, il ne s’agit pas de raconter son histoire d’un trait en laissant les autres te regarder. Non, ils peuvent intervenir, poser des questions, relever certaines erreurs scénaristiques pour t’inciter à mieux construire ton histoire.
  5. En vacances
    Une toute petite boîte de 100g à emmener partout. Que ce soit dans ton chalet en hiver ou au bord de la plage en été, comment j’ai adopté un gnou passe partout !
  6. Projet respectueux de la nature
    Si on en croit les éditeurs, la mère supérieure des gnous en personne a validé ce projet respectueux de l’environnement : pas de plastique, du carton, des dés en bois certifié et fabriqué en Allemagne.

 

Un gif pour résumer cet objet

 Adopte un gnou, c’est pas très malin mais très mignon !

 

Où l’acheter ?


En cliquant ici !


Commentaires Facebook

Article précédent

Quand tu sors avec un improvisateur/une improvisatrice, en Gif

Article suivant

Laurent Dubois