0
Partages
Pinterest Google+

L’impro, c’est plein de conventions que tout le monde respecte sans vraiment savoir pourquoi. Du genre : on a toujours fait comme ça et on ne s’est jamais demandé pourquoi. S’il y avait une bible de l’improvisateur, tu trouverais probablement ces lois dedans :

  1. Un spectacle dure 1h30
    « Oui mais nous on fait les 24h de l’impro », « Nous ça dure 1h27 d’abord ». Comme toutes les conventions, elle souffre d’exceptions. Mais globalement, la plupart des formats et même les nouveaux concepts semblent être pensé pour durer le temps d’un téléfilm. On sait que tu veux récupérer le public de TF1, mais n’abuse pas non plus : 1h de spectacle peut suffire, 3h peuvent ne pas être assez. C’est une question de dosage.
  2. A la fin, on présente les comédiens individuellement
    On sait que les improvisateurs ont un ego surdimensionné. La preuve, c’est qu’ils osent se mettre sur scène face à un public sans avoir ni texte, ni personnage prédéfini, ni mise en scène. Mais bon, l’impro ça reste du théâtre, alors pourquoi on se présente individuellement au début et/ou à la fin du spectacle et pas comme une troupe ? Un bon vieux salut théâtral, c’est trop demandé ?
  3. Le spectacle est interrompu par des pauses
    On te voit venir : pour vendre de la boisson et faire vivre le barman, il faut une pause. Ou encore : le match d’improvisation étant basé sur le décorum du Hockey, on fait des pauses… Sauf que c’est aussi vrai pour pas mal de spectacles professionnels dont l’entrée est payante et malgré le fait que le concept ne soit pas un match. On prend souvent cette habitude de couper le spectacle. Encore une envie profonde de rapprocher le format du spectacle de TF1 plutôt que de la comédie française ? 😉
  4. On ne s’échauffe pas vraiment
    Nombreuses sont les troupes qui se content de boire un coup ou de faire un petit Cowboy avant de démarrer le spectacle. Mais bon, on joue quand même avec quelques outils qui nécessitent d’être chauffés comme, au hasard : le corps et la voix. Mais non, l’improvisateur il s’en fout, il est prêt H24 7/7.
  5. On manipule des objets qui n’existent pas
    Encore une vieille habitude de match ça ! Ok, on comprend dans le cadre du concept de Gravel et Leduc… Mais pour les autres concepts, sérieusement ? Ca coûte quoi de mettre une vraie table et une vraie chaise, plutôt que de faire semblant de poser ses mains sur un support qui n’existe pas. Plus tu as d’invention, plus c’est difficile de rendre la scène crédible. Déjà que tu n’as pas de texte, pas de personnage et pas de mise en scène, si en plus t’as pas décor…

Tu en vois d’autres, des conventions qui existent sans raison ?


Commentaires Facebook

Article précédent

7 moments où l'on écrit : quand l'improvisation n'en est plus

Article suivant

9 attitudes sexistes qui reviennent régulièrement en impro