5
Partages
Pinterest Google+

Forcément, on a l’air un peu schizophrène ou complètement stupide avec cet article. Les gars s’appellent Caucus et ils te donnent 10 raisons de ne plus faire de caucus. Nonsense, comme on dirait de l’autre côté de la Manche. Et pourtant, si on adore l’idée du caucus, ce rassemblement de joueurs qui partagent un moment unique ensemble, on n’est pas si convaincu de ça de son utilité en improvisation théâtrale. D’ailleurs, on n’est pas les seuls, comme on peut le lire dans l’interview de Mathieu Lepage.

  1. Ecrire sur le plateau
    « Bon, alors tu es un plombier de l’espace, et en fait la personne en face elle a une pièce détachée qui te manque et vous allez devoir aller sur Pluton ensemble pour la trouver. Ah, et à la fin tu meurs. Et aussi, tu as des TOCs. Et un oeil de verre. Et ton sentiment de départ, c’est la connivence ». NON. NON. ET NON.
  2. Laisser la place au corps
    Pas forcément pour s’attribuer un handicap ou un défaut physique… Non, juste pour mettre le corps en mouvement. Or, c’est quelque chose qu’on ne peut faire que difficilement si on cérébralise tout, et c’est très rare qu’en caucus on se mette en mouvement.
  3. Diminuer le stress
    En réalité, quand on sait ce qui se dit vraiment en caucus, on se rend compte que ça se résume souvent à « qui y va ? », « je fais quoi ? », « ouais et surtout n’oublie pas de… [coup de sifflet] ». Finalement, ça fait courir le joueur, ça le met dans un état de stress qui fait qu’il est impossible de démarrer l’impro calmement, sans précipitation.
  4. Lâcher-prise
    Bien sûr, ça rejoint les idées précédentes. Mais dire qu’on lâche-prise quand on vient de passer 20 secondes à préparer l’impro, ne serait-ce pas un peu paradoxal mesdames et messieurs ? Hein ? Je vous le demande !
  5. Avoir un temps pour soi
    Finalement, on entre dans une impro après son caucus comme on entre dans un kebab après sortir déchiré de boite de nuit. Est-ce que ces 20 secondes offertes ne peuvent pas servir à prendre un temps pour se centrer, respirer, se connecter avec ses sensations et ses envies et aborder l’impro de manière plus profonde ?
  6. Se retrouver avec son équipe
    Une impro difficile vient de se dérouler, tout le monde est démotivé ? Plutôt que d’enchaîner directement en se demandant pendant le caucus ce qu’on va jouer dans l’impro qui suivra de manière morose, autant prendre ce temps pour se retrouver, déconner ensemble, boire un coup et se remotiver !
  7. Se charger dans la patinoire
    Tu sautes par dessus le rebord de la patinoire, tu rentres dans ta zone de jeu, tu sais que tu es encore dans l’obscurité mais que le public te voit. Tu te charges peu à peu de ces sensations, tu te mets en jeu. Et ça, ça compte !
  8. Rencontrer son « adversaire »
    Le match d’impro, ce n’est qu’un prétexte. On le redit pour ceux qui pensent encore que la victoire importe vraiment : c’est un spectacle vivant, ce qui compte c’est l’artistique en réalité… Donc l’adversaire est en fait un collègue de jeu, et si les joueurs de chaque équipe prennent quelques secondes avec le coup de sifflet pour se connecter et se rencontrer, tout le monde en ressort gagnant.
  9. Démarrer à l’heure
    L’arbitre siffle, l’impro démarre et on a sans cesse le même spectacle désolant pendant les 4 premières secondes : des joueurs qui courent sur scène, montrent qu’ils rentrent dans leur personnage et enfin commencent à jouer. Une sorte de frottement désagréable comme quand tes oeufs collent à la poêle. Nous, on aime le téflon. Nous, on aime quand les joueurs sont prêts dès le coup de sifflet.
  10. Faire confiance
    Aux autres, mais aussi à soi. Les autres vont t’aider, vous n’avez pas besoin d’avoir écrit le jeu commun. Au contraire, ne pas avoir de caucus évite d’avoir un joueur sur le banc inattentif qui ramène une idée qu’on avait écrit lors du caucus à un moment inopportun. A soi, parce que la plateforme viendra d’elle-même ; parce que tu n’as pas besoin d’avoir une idée géniale ; parce que toi sur scène c’est déjà un évènement et que ça se suffit.

Et toi, tu en penses quoi du caucus ?


Commentaires Facebook

Article précédent

Jeanne Chartier

Article suivant

10 métiers que nos personnages ne font jamais