0
Partages
Pinterest Google+

On n’en parle pas assez, et pourtant il s’agit d’un rôle aussi important qu’un autre. Certains l’appellent aussi l’assesseur de l’arbitre, mais comme personne ne sait vraiment ce que veut dire ce mot ici on va rester sur le terme d’arbitre assistant.

 

Son rôle
  1. Il baisse la tête ou il dit majorité.
    A la fin de chaque improvisation, l’arbitre demande au public de voter. Puis, l’arbitre va donner la couleur dont il pense qu’elle a recueilli une majorité de vote. Il se tourne alors vers l’assistant chargé de prendre en charge la couleur en question et ce dernier a deux choix : dire « majorité » et valider le choix de l’arbitre principal, ou baisser la tête pour signifier son incertitude. Dans ce cas, on compte.
  2. Compter.
    La suite logique du point précédent. L’arbitre assistant vient de baisser la tête et il faut donc compter toutes les voix pour savoir exactement qui a raison. Chaque assistant compte une couleur et note le résultat sur une ardoise (parfois, ils donnent le chiffre à l’oral, ce qui n’est pas top d’un point de vue « si si je vous assure on a pas triché »). A la fin du comptage, chaque assistant montre le nombre de votes qu’il a compté et on attribue le point à l’équipe majoritaire.
  3. Vérifier ce qui se passe sur le banc.
    En football et dans d’autres sports, les assistants sont là pour vérifier ce que l’arbitre ne peut pas toujours voir : hors-jeux, petit tacle par derrière etc. En improvisation, c’est la même chose. Comme on ne peut pas parler pendant les improvisations comparées quand c’est l’autre équipe qui est en jeu, les assistants veillent au grain sur le bon respect du décorum de la part de chaque équipe. En général, ils vont veiller à ce qu’aucune faute de procédure illégale n’ait lieu.
  4. Il note tout.
    De la même manière que le coach peut le faire pour son équipe, l’arbitre assistant note tout ce qui se passe durant le match. Les fautes attribuées, qu’elles soient personnelles ou pas, l’état des scores… Cela permet d’assurer l’arbitre qu’aucune erreur ne pourra être commise en terme de score ou de pénalités.
  5. Il rentre avec l’arbitre.
    Après le MC, l’arbitre et ses assistants ouvrent toujours le bal. S’en suit alors une sorte de rituel qui consiste à vérifier l’état de la patinoire et de l’aire de jeu puis une discussion à l’allure plus ou moins formelle entre l’arbitre et ses assistants pour régler les derniers détails (comme si ça ne faisait pas 2h qu’ils buvaient des bières en coulisse).

 

Ses phrases favorites

Majorité !

Cent-quarante-sept !

Oui… C’est léger. Mais l’arbitre assistant n’est clairement pas le plus bavard de notre match. C’est l’arbitre qui parle, lui il fait juste son métier comme on lui demande.

Ses super-pouvoirs
  • Dans le viseur (4 points)
    Un joueur prend discrètement sa bouteille d’eau, l’air de « juste boire » et en profite pour en réalité parler à son voisin alors qu’il ne devrait rien dire. L’assistant l’a vu et le signale à l’arbitre : BOUM !
  • Baissage de tête (1 point)
    Oui, l’arbitre est le patron de la patinoire. Mais quand même : si l’assistant baisse la tête au moment de l’annonce de l’équipe vainqueur, c’est LUI qui force tout le monde à tout compter. Et ça, ce n’est pas rien.
  • Compter la mauvaise équipe (-31 points)
    L’arbitre demande à l’assistant le nombre de votes des rouges et celui-ci sort alors un magnifique « les rouges ? Ah, mais j’ai compté les bleus moi ». Et tout le corps arbitral est ridiculisé.

 

Ses formats

 


Commentaires Facebook

Article précédent

Les impros de Noël

Article suivant

Soap opera