0
Partages
Pinterest Google+

Simple et terriblement efficace, l’exercice des balles de couleur a en plus le mérite de permettre des dizaines de versions alternatives pour approfondir le travail du comédien. C’est un grand classique, qu’on peut d’ailleurs retrouver aussi en danse sous d’autres formes plus gestuelles (les fameuses alternatives dont on vient de te parler).

 

Principe de base

On se met en cercle, comme on en a si souvent l’habitude. L’idée, c’est qu’on va s’envoyer une balle imaginaire d’une personne à l’autre. Pour ça, c’est très simple, on énonce la couleur de la balle quand on l’envoie, mais aussi quand on la reçoit. On s’appuie sur le regard et éventuellement l’orientation du corps pour spécifier à qui est destiné la balle. On peut aussi, parce que ça fait parti du folklore, mimer qu’on envoie vraiment la balle (en cloche, par exemple).

En général, le coach reste en dehors du cercle pour « donner » les balles de couleur une à une à des participants. Ce n’est pas obligatoire et avec un peu d’écoute, chacun peut ajouter une balle de couleur au cercle sans que ce soit trop le bordel. Le coach va donc poser dans les mains d’un participant une balle en lui donnant la couleur associée.

Le but à partir de là ? Faire preuve du maximum d’écoute possible, pour que toutes les balles restent dans le jeu aussi longtemps que possible. Quand on commence avec une seule balle, tout va bien : tout le monde peut la suivre. Avec deux, ça passe encore, on risque peu de choses. Mais au-delà, ça devient un réel exercice d’écoute et d’attention. Le moindre petit décrochage et on peut avoir rater une information cruciale !

 

Règles officielles de Caucus
  1. On se met en cercle
    Un beau, pas une grosse patate dégoutante. On doit tous se voir parfaitement.
  2. Le coach donne la première balle
    Bien sûr, à lui d’être déjà très clair sur à qui il la donne et quelle est sa couleur. Sinon ça part mal.
  3. Celle ou celui qui détient la balle l’envoie à la personne de son choix en énonçant sa couleur
    Juste là, tout va bien. Tu as la balle bleue dans les mains, tu regardes la personne à qui tu veux l’envoyer, tu fais le mouvement qui va bien et tu dis « bleu ».
  4. Celle ou celui qui réceptionne la balle dit sa couleur
    Donc dans notre exemple : « bleu ». Et puis on peut même faire un petit amorti pour symboliser qu’on a bien pris en compte l’impact de la balle (ou du ballon, pour éviter toute confusion. On n’est pas dans un cowboy là, on n’a pas de flingue).
  5. On continue à faire tourner la balle
    On essaie de ne pas laisser de temps mort particulier et que tout se tuile bien. Pas besoin de prendre 3 secondes pour réfléchir à qui j’envoie ma balle, je le fais à une personne au hasard qui me semble disponible.
  6. On ajoute une balle
    Et puis deux, puis trois… Jusqu’à ce que le groupe n’y arrive plus. On peut alors redescendre progressivement le nombre de balles / attendre qu’elles se perdent toutes ou en partie / arrêter le jeu quand ça devient n’importe quoi.

 

Façons alternatives de jouer

Il y a réellement un nombre énorme d’alternatives pour ce jeu. Pour en citer quelques unes :

  • Avec rebonds
    C’est à peu près la même chose sauf que la balle rebondit dans ta main à l’infini jusqu’à ce que tu l’envoie. Et tu répète sa couleur à chaque rebond. C’est à la fois plus simple et plus difficile dès qu’on a quelque balles
  • Avec un poids / une taille / une vitesse
    Ça se combine très bien avec la règle précédente : on ajoute un poids ou une taille à chaque balle. Certaines très légères rebondissent très vite, d’autres très lourdes rebondissent très lentement. Bien sûr, quand vous envoyer la balle votre envoi s’adapte à la balle que vous avez en main.
  • Avec mouvement, sans le son
    On n’est plus vraiment dans le jeu des balles, mais le principe est le même. On part d’un mouvement, et on envoie ce mouvement à quelqu’un. Quand on te regarde et qu’on t’envoie le mouvement, tu le réceptionnes puis tu l’envoies à un suivant. Et on ajoute des mouvements au fur et à mesure…

 

Intérêt en impro ?
  1. L’écoute
    C’est l’intérêt numéro 1. Cet exercice nous met dans une situation d’écoute parfaite et très proche de ce qui est nécessaire en impro.
  2. Le groupe
    On fait attention aux autres, à leur disponibilité, à leur indisponibilité. Le but est commun : pas de compétition, juste le meilleur de nous tous !

 

Si toi aussi tu as ta variante des balles de couleur à faire partager, balance !


Commentaires Facebook

Article précédent

Quand tu tentes de créer un nouveau concept, en Gif

Article suivant

9 types de sous-groupes qu'on trouve dans toutes les troupes