1
Partages
Pinterest Google+

De “Hair” à “Mama Mia”, en passant par “Starmania” et “Notre-Dame de Paris”, chaque génération détient SA comédie musicale de référence. Que l’on aime ou non la catégorie comédie musicale, elle n’en reste pas moins un exercice périlleux lorsqu’il est improvisé, et peut même soulever les foules si il est réussi.

 

La contrainte

C’est là que les choses se compliquent… Car oui, on l’admet, il est nécessaire de savoir chanter pour la catégorie comédie musicale. Sans être Céline Dion, un chouia de sens du rythme et d’oreille musicale s’impose.

Chanter ? Oui, mais pas à n’importe quel moment. La comédie musicale se compose de moments parlés ET de moments musicaux. Ces derniers ne pas doivent intervenir de manière intempestive, et surtout, ils doivent être utilisés pour colorer une improvisation, et non pour initier un enjeu. Les chansons seront plutôt utilisées pour appuyer un état de fait ou une émotion (“oh oui Kevin est si beauuuuuuu”) qu’une proposition forte (“en fait je vais quitter Keviiiiineuuuuuh”).

Enfin, les moments musicaux doivent être suivis si possible par un choeur qui renforce le chanteur principal, et/ou par des petites chorégraphies. Ca habille la scène, et ça permet au comédien qui a rarement le coffre de Johnny de se sentir soutenu.

 

Impro type

* 2 joueurs en avant-scène *
Joueur 1 : Kevin ne me regarde pas parce que je suis pauvre.
Joueur 2 : C’est vrai que si tu étais riche, les choses se passeraient autrement…
* Joueur 1 s’avance *
Joueur 1 (en chantant) : Ah si j’étais riche, Kevin me regarderait ! J’aurais un château dans lequel me promener. J’aurais des domestiques pour m’habiller…
Joueur 3, 4 et 5 (en choeur) : pour t’habiller, pour t’habiller…
[…]

 

Recette idéale

Spectacle privilégié : Match

Nombre de joueurs : illimité

Durée : 8mn

 

Pièges possibles
  • Trop de chansons tuent la chanson
  • Pas assez de chansons tuent la comédie musicale
  • Placer un enjeu en chantant : garanti à 98% que les autres joueurs et le public ne l’auront pas saisi, trop hypnotisés par l’effet musical.
  • Fort potentiel de niaiserie : il est plus simple de faire de la parodie de comédie musicale, en appuyant l’effet chanté sur des faux sentiments dramatiques, amenant des chansons à cheval entre Lara Fabian et Hélène Ségara. C’est vrai qu’il est plus complexe d’improviser sur un air de Daft Punk ou de Korn.

Commentaires Facebook

Article précédent

Les coups de mou en impro

Article suivant

Alain Degois (alias Papy)