5
Partages
Pinterest Google+

L’érotisme, ça ne se fait plus depuis les années 80 et Emmanuelle. A l’heure du porno méga-trash, en impro on a conservé une affection toute particulière pour l’érotisme, la douceur et les histoires (ce qui n’est pas le fort du porno, avouons-le). La catégorie érotique fait donc régulièrement son apparition, pour tenter d’émoustiller un peu le public sans choquer personne.

 

La contrainte

La catégorie érotique fait partie de ces catégories qu’il est difficile de rendre purement objective. Si on a bien quelques critères qui sont éliminatoires et nous prouvent que l’impro ne pouvait pas être érotique, il n’y a rien qui nous prouve au contraire qu’il s’agit bien d’érotisme.

Pour faire simple, le but est clairement d’amener une tension sexuelle mais que celle-ci n’aboutisse pas. Dès lors qu’on se retrouve à mimer sur scène une position du kamasutra, c’est qu’il y a eu quelqu’un qui a déconné à un moment donné. Certains iront même jusqu’à dire qu’il ne faut même pas s’embrasser, ne pas se toucher, d’abord parce qu’ensuite il est difficile de revenir en arrière et de ne pas tomber dans le corporel pur ; ensuite parce que la tension sexuelle est bien plus forte lorsque les lèvres s’approchent lentement pour se retrouver à 1 centimètre l’une de l’autre que lorsqu’il y a baiser direct.

 

Impro type

* Joueur 1 se prend un café à la machine *
Joueur 2 : Romuald, vous voulez bien me prendre un café aussi. Quoi que non, plutôt une boisson fraiche… Qu’est-ce que j’ai chaud tout à coup !
* Joueur 2 tend de la monnaie à Joueur 1. Lorsque leurs mains se frôlent, les deux ont un tressaillement *
Joueur 1 : Voilà votre boisson fraîche, Marjorie. Je peux vous en prendre un peu ?
Joueur 2 : Bien sûr, allez-y Romuald.
* Joueur 1 se met à boire à la cannette. Joueur 2 le regarde, se mordant les lèvres *
[…]

Ce qu’il nous est difficile de retranscrire ici, c’est que ces improvisations sont forcément très corporelles. Elles se jouent dans l’effleurement, le regard, le toucher rapide, les soubresauts etc. Evite au maximum les allusions purement cochonnes pour ne pas tomber dans la parodie d’un film érotique : reste premier degré. On évite donc « je vous passe mon gros tuyau madame ? » « oh oui, je le tiens bien comme il faut ? ». Garde-ça pour les impros pornographiques censurées 😉

 

Recette idéale

Spectacle privilégié : Match

Nombre de joueurs : 1 par équipe

Durée : 4mn

 

Pièges possibles
  • Le porno
    On veut de la tendresse, de la caresse, de la sensualité.
  • Le néant
    Attention à ne pas tomber dans l’opposé absolu. Il faut quand même que ça émoustille.
  • Perdre l’histoire
    Essaye quand même d’établir une relation entre les personnages, pour donner un socle crédible à l’improvisation.
  • Aller trop vite
    L’érotisme, ça demande du temps, des mouvements lents. Parfois, il faut quasiment être au ralenti pour amener la tension qu’on cherche.

Commentaires Facebook

Article précédent

Et si l'impro... #1

Article suivant

Le sexe en impro