0
Partages
Pinterest Google+

Les improvisateurs ont des âmes d’enfants. C’est pourquoi ils créent des catégories inspirées des jeux de leur plus jeune âge. La catégorie saute-mouton, rassurez-vous, n’a absolument rien de sportive (et vous pouvez toujours porter une jupe si vous le souhaitez, vous n’aurez pas à sauter par dessus votre partenaire).

 

La contrainte

Il s’agit en fait d’imbriquer plusieurs improvisations dans une seule. Le saute-mouton est lié au fait qu’on va ajouter des personnages puis en retirer. On s’explique : on démarre une improvisation solo qui durera une minute. Au bout d’une minute, l’arbitre ou le MC siffle pour ajouter un nouveau joueur. On démarre alors une nouvelle improvisation cette fois-ci à deux. Cette seconde improvisation n’a aucun lien avec la précédente, en tout cas ce n’est pas l’objectif : c’est une nouvelle histoire. Puis au bout d’une minute, rebelote : on siffle, on ajoute un joueur, on fait une nouvelle histoire. Idem avec le quatrième joueur.

C’est là qu’il faut suivre. On joue depuis quatre minutes et on a vu quatre histoires différentes (avec respectivement 1, 2, 3 puis 4 joueurs). On va maintenant partir dans le sens inverse. Notre improvisation continue à 4 pendant encore une minute. Cette fois, il faut la chuter, car on y reviendra plus. On enlève le joueur qui était rentré en dernier, de sorte à retrouver notre trio et leur histoire qui avait été mise en pause trois minutes avant. De nouveau, ils terminent leur histoire. Puis on enlève le joueur n°3 et on termine le duo et on refait la même mécanique jusqu’à terminer le solo et l’impro globale.

Si vous avez bien suivi, on a donc joué 8 fois 1 minute, soit un total de 8 minutes. Il faut donc se rappeler des enjeux de l’impro, surtout quand on rentre en premier sur ce type d’impro : cela veut dire que le joueur qui était en lead jouera TOUTES les improvisations mais qu’il devra aussi se rappeler de son solo qu’il avait joué plusieurs minutes auparavant.

 

Impro type

* Joueur 1 entre dans la patinoire  *
Joueur 1 : Aujourd’hui, Damien, tu vas enfin y arriver. Tu vas réussir à sortir de chez toi. Prends une grande inspiration, c’est pas si difficile. […]

* Au bout d’une minute, on siffle et le Joueur 2 entre *
Joueur 2 : Le dossier Hyppolo, il se trouve où, René ?
Joueur 1 : chef, je pense que je l’ai égaré. […]

* Au bout d’une minute, on siffle et le Joueur 3 entre *
Joueur 3 : Avec ce temps, on est bloqué pour un bout de temps dans ce chalet.
Joueur 2 : Super… Bloqué avec ma femme et son amant, le pied.
Joueur 1 : A mon avis il faut rester calme. Gardons la tête froide. […]

* Au bout d’une minute, on siffle et le Joueur 4 entre *
Joueur 4 : J’adore ces longs trajets en voiture !
Joueur 1, 2 et 3 : pareil ! […]

* Au bout d’une minute, on siffle et le Joueur 4 sort *
Joueur 2 : Mais bordel Mathieu t’es mon meilleur ami, comment t’as pu coucher avec ma femme ? […]

* Au bout d’une minute, on siffle et le Joueur 3 sort *
Joueur 1 : Chef, c’est toujours moi qui prend, ça suffit maintenant ! Ce n’est pas parce que vous êtes ma mère que vous devez être si dure. […]

* Au bout d’une minute, on siffle et le Joueur 2 sort *
Joueur 1 : Allez, on ouvre cette foutue porte et on en parle plus.
[…]

Bien sûr, vous pouvez modifier la durée et faire en sorte qu’au lieu de faire une minute à chaque passage ce soit 45 secondes par exemple. A ajuster en oubliant pas qu’une durée trop courte ne permet pas de développer une histoire mais qu’une durée trop longue rend la catégorie vraiment complexe pour les joueurs qui entrent en premier et qui doivent garder la mémoire des enjeux de chaque improvisation pendant de longues minutes. A noter enfin que vous avez le choix entre garder le même thème ou changer de thème pour chacune des quatre histoires (mais ça rallonge le temps de décorum).

 

Recette idéale

Spectacle privilégié : Cabaret

Nombre de joueurs : 4

Durée : 8mn

 

Pièges possibles
  • Ralentir le jeu
    Souvent, pour éviter de se retrouver en carafe, surtout si la catégorie est complexe, on prend son temps et on évite de faire avancer l’impro. L’histoire doit avancer, oubliez vos craintes et jouez ! Ne gardez pas une superbe chute sous le coude pour la fin de l’impro, foncez.
  • Confondre les improvisation
    On arrive alors dans la plus grande confusion et la catégorie perd tout son intérêt. Une bonne astuce : celui qui entre est le garant de l’enjeu de l’impro. Comme ça, chaque joueur a une improvisation à se rappeler et peut relancer les autres pour qu’ils ne soient pas perdus.
  • Trop de décorum, pas assez de jeu
    C’est une catégorie qui demande de l’énergie et de la réactivité. Ne passez pas 30 secondes à vous mettre en place à chaque coup de sifflet. Tout en restant calme et sans que ce soit un gros bordel, sortez ou entrez dans l’impro au moment même du coup de sifflet pour qu’on passe plus de temps à voir des histoires que des joueurs qui se déplacent.
  • Trop de blabla
    C’est souvent le cas en impro. Parlez peu et agissez. On a pas envie de voir huit fois d’affilée des gens qui discutent. Ajoutez-y du corps, du décor, de l’organique !

Commentaires Facebook

Article précédent

Quel spectateur es-tu ?

Article suivant

Comment séduire un improvisateur / une improvisatrice ?