0
Partages
Pinterest Google+

« Le spectacle est complet », voilà une phrase qui fait plaisir à écrire, un peu moins à lire. Le public se dit « mince, j’aurais du réserver », tandis que les artistes s’auto-congratulent « on a assuré sur la comm’ ce coup-là ». Sauf que, attendez un petit peu avant de plonger dans un océan d’amour de soi… Il y a complet et complet. En vrai, on peut considérer un spectacle complet :

  1. Quand le spectacle est vraiment complet
    C’est con à écrire, mais qui n’a jamais lu « Ouhlala attention on est quasi complet » pour ensuite se rendre compte le jour J que la salle était à moitié vide. « On a eu des annulations ». Bah tiens.
  2. Quand les billets sont pré-vendus
    En fait, tu as deux possibilités : soit tu fais de la prévente, tout est vendu, et tu peux te la péter AVANT le spectacle. Soit tu fais de la réservation sans paiement, et tu ne pourras te la péter qu’APRÈS le spectacle si vraiment tu étais complet. Eh oui, ce n’est pas pareil de tout vendre que de tout avoir eu de réservé pour pas un balle.
  3. Quand le prix du spectacle est décent
    Remplir ta salle avec des places à 2€ et dire que tu es complet, ce n’est certes pas un mensonge. Mais vraiment, tu veux te vanter d’avoir réussi à remplir une salle pour le prix d’un double café (ou d’un demi-café pour les parisiens) ? Si tu n’es pas dans les prix moyens de ta catégorie et que tu remplis, c’est super mais ça vaut peut-être le coup de le garder pour toi, non ?
  4. Quand tu n’as pas invité plus de 10% de la salle
    Parce qu’on s’est tous déjà retrouvé à la sortie d’un spectacle où l’on était invité à discuter avec tout un groupe de connaissances qui étaient elles-même aussi invitées. Et forcément, on se demande : il y a vraiment des gens qui ont payé pour voir le spectacle ? Si tu as invité plus d’une personne sur dix, tu n’es pas complet, on est désolés.
  5. Quand tu connais moins de 20% de la salle
    Parce que jouer face à ses potes, c’est cool. Mais ce n’est pas complet.
  6. Quand tu n’as pas fait 10 jeux-concours
    C’est l’espoir de toutes les compagnies : créer un post viral en proposant un jeu-concours qu’il faudra partager / liker / commenter. Certes, ça marche. Plus ou moins. D’abord parce que ça va t’amener essentiellement des gens qui sont les potes de tes potes, donc probablement des connaissances à toi (et c’est mort pour la règle 5), ensuite parce que ça veut dire que tu vas devoir offrir des places. Et à force de cumuler les invitations, c’est la règle 4 qui n’est plus respectée. Ah, et aussi, c’est chiant à force ces jeux-concours. Mais vu qu’on en a fait un nous aussi, on ne va pas te le reprocher <3
  7. Quand la salle a une jauge d’au moins 10 fois le nombre de comédien•ne•s
    Oui, on sait, cet article est bourré de maths. Mais c’est pour donner des propositions claires histoire qu’on se mette tou•te•s d’accord. Tu joues seul, tu dois remplir une salle d’au moins 10 places. C’est un match, vous êtes 12, en dessous de 120 places on ne veut pas en entendre parler. Et bien sûr, les règles se cumulent les unes avec les autres. Parce que sinon ce serait trop facile.
  8. Quand il n’y a rien d’offert « avec le spectacle »
    Le spectacle + la boisson + un dîner aux chandelles + un tour sur mars pour 12€, ça ne passe pas avec nous ça. On ne va pas se faire avoir comme ça.
  9. Quand tu n’es pas une première partie
    Ou dans un festival où ce serait complet, mais pas spécialement pour TON spectacle. Pour se la péter, faut quand même être directement concerné•e.

 

T’en penses quoi, on valide ces règles ? T’en vois d’autres ?


Commentaires Facebook

Article précédent

Audition Versus à la Comédie de Paris

Article suivant

Laurent Mazé