0
Partages
Pinterest Google+

L’improvisation c’est jouer avec le corps mais aussi les mots. Dans la catégorie épistolaire, il s’agit bel et bien de parler, ou plutôt d’écrire. Pas d’action de folie à prévoir donc, pas d’aventure ni de couples qui s’embrassent : simplement des courriers ou d’autres médias pour communiquer entre nous.

 

La contrainte

La catégorie épistolaire indique qu’il n’est pas possible pour les personnages de se rencontrer. De fait, sur le plateau, les joueurs en lice ne peuvent pas se regarder les uns les autres car cela briserait la distance artificielle qu’ils ont mis entre eux. Par exemple, si je joue une personne dans un cyber-café qui écrit à sa future conquête qui se trouve chez elle, nous sommes sur scène tous les deux face public, un à cour et l’autre à jardin. Si la personne à cour se met à regarder celle située à jardin, n’importe quand dans l’improvisation, ça casse complètement le code qui est donné de « deux lieux séparés ».

Il est également entendu dans cette contrainte qu’on ne peut pas écrire à deux à la fois. Bon, ça parait logique, sinon on y comprendrait rien, mais ça veut donc dire que le joueur qui reçoit ne fait rien pendant que l’autre écrit. En réalité, le comédien qui reçoit la lettre/le courrier/l’email joue pendant que l’autre écrit : il doit montrer qu’il est lui-même en train de découvrir les mots de la lettre, en même temps que l’improvisateur qui l’écrit les prononce.

 

Impro type

* Joueur 1 tape à l’ordinateur *
Joueur 1 : Mathilde, je sais que ça fait 6 mois qu’on ne s’ait pas parlé mais sache que je pense encore à toi. Ton cher Romuald.
* Joueur 2, qui vient de lire le message sur son propre ordinateur, tape ensuite *
Joueur 2 : Romuald, j’ai refais ma vie désormais. On a vécu une très belle relation mais tu sais bien que l’on n’est pas capable de vivre ensemble. Et puis, je suis enceinte.
* Joueur 1 semble bouleversé en apprenant la nouvelle. Il répond *
Joueur 1 : Toutes mes félicitations. Tu dois être heureuse. Tu es à combien de mois de grossesse ?

Et ainsi de suite. Il est impératif que le comédien qui reçoit la correspondance joue ce qu’il ressent en découvrant le message et qu’il ne soit pas juste en attente de la fin du message de l’autre. De même, il faut comme toujours faire avancer l’histoire. Sont autorisées donc les bascules, les entrées-sorties et tout ce qui suit en impro. Seulement, attention, on reste toujours dans un cadre épistolaire et donc deux comédiens n’interagissent jamais directement ensemble, ils le font toujours par média interposé.

 

Recette idéale

Spectacle privilégié : Match

Nombre de joueurs : 1 par équipe

Durée : 4mn

 

Pièges possibles
  • Se regarder. Souvent par réflexe. C’est humain, mais ça casse complètement la magie de l’improvisation et du décor qui a pu être posé.
  • Attendre. Quand l’autre écrit, il faut réagir ! Tout joue.
  • Faire des lettres trop longues. L’autre ne peut pas jouer tant que vous n’avez pas fini votre correspondance. Par pitié, ne vous enfermez pas dans une lettre interminable, faites court et évitez le retard de jeu.
  • Être ennuyeux. Ayez des relations fortes pour ne pas simplement vous envoyer des cartes postales de vacances pendant 4mn.

Commentaires Facebook

Article précédent

L'impro, c'est comme un saut en parachute

Article suivant

Philippe Patois