1
Partages
Pinterest Google+

C’est le premier cabaret de Jean et Monique et ils comprennent dès les 10 premières secondes de l’impro qu’ils vont galérer. Comment relancer une impro qui s’effondre ? Voilà la question qu’ils se posent. Mais comme ils sont en train de jouer, forcément ils galèrent un peu à trouver la réponse. Alors que toi, tu lis ça tranquillement depuis ton canapé (ou tes toilettes).

  1. En décrochant
    Une technique très souvent utilisée par nombre de joueurs : le décrochage. Sûrement plus dans des formats qui l’autorisent potentiellement comme le cabaret, mais aussi en match. L’idée, c’est de re-créer l’empathie avec le public en se marrant avec lui de la situation absurde. La réalité, c’est plutôt qu’on est face à des comédiens qui jettent l’éponge.
  2. Avec des bascules
    On attribue à Robert Gravel une formule qui donne à peu près : « Quand l’impro est bonne, tu ne rentres pas. Quand l’impro est mauvaise, tu ne rentres pas ». En gros, tu rentres parce que tu es nécessaire, pas parce que tu galères. Mais que veux-tu, quand on voit les copains souffrir, on ne peut pas s’empêcher de faire une bascule pour les sauver. Mais fais leur confiance et laisse les trouver eux-même leur solution. Tout le monde en sortira grandi.
  3. Avec du second degré
    Au début, tu essaies de jouer convenablement, avec le maximum d’implication possible dans l’improvisation et en incarnant ton personnage. Et puis, plus l’impro est flou, plus tu commences à jouer au second degré. Tu appuies l’absurdité de la situation et tu en fais même un trait de ton personnage. C’est drôle, c’est fin, mais du coup ça ne raconte plus grand chose.
  4. Avec du sexe
    Ca marche toujours. Et quand on dit sexe, on entend aussi se rouler des pelles. Qui n’a jamais osé faire ça, hein ? L’impro patine, alors je relance en faisant des bisous. Mignon et rigolo, oui, mais tu es sûr d’avoir le consentement de ton partenaire ?
  5. En quittant la scène
    Simple, efficace. Tu n’attends même pas qu’on vienne te sauver, c’est toi qui fuit. Oui c’est lâche, mais si ça t’évites une dépression, on ne t’en voudra pas.
  6. En hurlant très fort. D’un coup. Sans raison
    Parce que bon, quand on ne sait plus quoi faire, gueuler ça a deux vertus : ça détend et ça permet de réveiller le public. Ok, ça n’a aucun sens dans l’impro, mais c’était déjà le bordel avant donc…
  7. Embrasser la chute
    L’impro, ce n’est pas l’art de l’erreur par excellence ? Pourquoi essayer alors de sauver à tout prix une impro qui s’effondre ? Ou du moins, chercher à corriger le tout de manière efficace ? Les spectateurs accepteront 30 secondes de ventre mou si derrière l’impro reprend son court, se relance et nous offre un moment magique. Mais pas de magie sans effort…

 

Et toi, comment tu relances une impro qui s’effondre ?


Commentaires Facebook

Article précédent

Olivier Descargues

Article suivant

10 raisons de continuer à jouer des histoires d'amour