0
Partages
Pinterest Google+

Quasiment toutes les fautes peuvent être majorées, à part celles qui sont déjà considérées comme des fautes majeures bien sûr. Cette faute est donc totalement dépendante du fait qu’une autre faute ait déjà été commise et permet d’en augmenter la gravité et donc la punition.

 

Le geste

Si la faute qu’on majeure vient d’arriver, on ne la répète pas. Sinon, on enchaînera le geste de la faute voulue puis celui-ci :

  1. L’arbitre arme ses deux poings en serrant fort ses doigts
  2. L’arbitre lève les deux poings au dessus de lui
  3. L’arbitre descend les coudes et gardes les poings en l’air de sorte à ce que les coudes soient à hauteur d’épaule et les bras à l’équerre
  4. L’arbitre peut, par soucis de style, agiter un peu ses bras de haut en bas pour appuyer « t’as vu, j’ai majoré ta faute »
  5. L’arbitre vise la personne ou l’équipe à majorer et se calme

 

Quelques exemples pour mieux comprendre

Un joueur entre.
PAN, le joueur d’en face (Michel) le tue direct, sans raison.
L’arbitre siffle une rudesse excessive.
Un autre joueur entre.
PAN, Michel le tue aussi.
L’arbitre majore la faute, au revoir Michel.

L’arbitre siffle, personne ne rentre en jeu.
L’arbitre siffle une faute de retard de jeu.
Toujours personne sur la patinoire au bout de 5 secondes.
L’arbitre majore la faute de retard de jeu.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’appuyer une faute précédemment commise : un décrochage, une rudesse, un retard de jeu, un cliché… On double la pénalité ! Du coup, si c’est une faute personnelle ça signifie l’exclusion pure et simple du match.

 

En vidéo

Match d’impro – Hero Corp / LMI 13/11/2013 – « Prends l’escalier! »

Bon, il n’y a pas de faute sifflée mais on aurait pu avoir un petit cabotinage majoré si on voulait vraiment être procédurier, t’as un peu abusé Arnaud non ? 😉


Commentaires Facebook

Article précédent

Les types d'hymnes

Article suivant

Les caterings