2
Partages
Pinterest Google+

Rudesse, clichédécrochage : tu connais ces fautes. Mais on s’est dit qu’il en manquait et qu’il y avait des fautes qui devraient exister, des fautes un peu plus spécifiques et liées à des situations qu’on retrouve trop souvent et qui nuisent au jeu. On est comme ça, ça rigole pas l’arbitrage avec Caucus :

  1. La faute d’immortalité
    Le joueur se fait trancher la tête, prend une balle dans la tête, une flèche dans le coeur… Et pourtant, il ne meurt pas. Alors qu’il faudrait qu’il meurt. On est dans du Tarantino, ça nous apprend quelque chose sur le tueur, ça ajoute une tension dramatique, c’est une improvisation cape & épée… Alors clairement ça justifie une faute spécifique !
  2. La faute de favoritisme du public
    A chaque fois que le joueur entre sur scène, sa mère se met à exploser de rire dans la salle, alors que le joueur n’a rien fait. Il ne rentre sur aucune impro et il a la première étoile parce que ses potes sont tous dans la salle. Alors, tu vas me dire, ce n’est pas vraiment la faute du joueur… Mais par soucis d’apprentissage pour le public, une petite faute ne ferait pas de mal.
  3. La faute de perroquet
    Il y a des joueurs qui ont une technique efficace pour gagner du temps en impro ou réagir à tout ce qui se passe de manière immédiate : répéter les fins de phrases de l’autre joueur. Du genre « J’ai quitté ma femme » « Tu as quitté ta femme ? Mon dieu ! » « Oui, elle me trompait. » « Elle te trompait ? Comment ça ? Avec qui ? » « Avec toi » « MOI ? ». Bon, ça suffit maintenant, tu vas créer tes propres phrases bordel ?
  4. La faute de face public
    On ignore pourquoi, mais en impro il y a des gens qui adorent parler à leur voisin face à un mur. C’est tout simplement ridicule mais ils le justifient par une sorte de « convention théâtrale » (qui n’existe plus depuis 1/2 siècle). Donc, on a deux joueurs face au public, qui parlent au mur et de temps en temps se regardent. Essaye-le dans la vraie vie, tu verras c’est bizarre.
  5. La faute de la petite phrase après la fin
    Le joueur n’a pas bien vu le temps. Ou bien, il l’a vu mais il lui manquait 3 petites secondes. Bref, l’arbitre siffle, et le joueur sort sa dernière petite phrase juste après le coup de sifflet. La chute est à moitié ratée parce que le public applaudit déjà et que le sifflet couvrait la moitié des mots, mais il a la fierté personnelle de se dire « si si, cette improvisation a bien chuté ».
  6. La faute de ridicule
    On va faire simple : tu joues un arbre, un ours, un oiseau, tu as 99% de chance de prendre une faute de ridicule (pour des raisons évidentes, disons-le).
  7. La faute d’inaudibilité
    Parce qu’on en a marre de dire 50 fois aux joueurs « Plus fort », il y a un moment où il faut sévir. Une petite faute d’inaudibilité ne ferait pas de mal pour inciter les joueurs à se faire entendre.

Selon toi, quelles sont les fautes qui devraient exister ?


Commentaires Facebook

Article précédent

Salomé Corbo

Article suivant

Triptyque