2
Partages
Pinterest Google+

L’improvisation, c’est avant tout du théâtre. Les outils qui marchent pour l’un marchent donc également pour l’autre. C’est le cas de la position neutre. Sensée mettre le corps dans une position « initiale » sur laquelle on pourra ensuite travailler, elle fait parti des outils indispensables du comédien.

 

Qu’est-ce que c’est ?

La position neutre est une position corporelle de base à adopter dans les moments « de repos ». On peut la décrire assez succinctement avec les consignes qui suivent :

  • Les pieds sont parallèles et écartés de la largeur du bassin
  • Les genoux sont semi-fléchis, de sorte à éviter toute tension (mais on ne les plie pas complètement non plus, on ne va pas skier)
  • Le bassin n’est pas en torsion, on le garde bien dans l’alignement du corps
  • Le dos est droit, on ne doit ni le creuser ni le vouter (il faut parfois gainer un peu les abdos pour cela)
  • Les épaules, les bras et les mains sont relâchées de sorte à n’exercer aucune tension inutile
  • La tête est dans l’alignement de la colonne, ce qui peut nécessiter chez certaines personnes de reculer un peu le menton

De manière générale, la position neutre amène le comédien à se grandir de sorte à essayer de toucher le plafond (sans pour autant tendre les genoux, on oublie pas les consignes précédentes petit malin !).

La position ne doit pas amener de douleur particulière. Cependant, comme il est très rare que dans notre vie quotidienne notre corps soit dans un alignement parfait et une position neutre irréprochable, un effort est toujours à effectuer pour tenir la position, jusqu’à ce qu’elle soit assimilée par le corps du comédien (ce qui, soyons honnêtes, peut prendre des années et demande donc un effort continu).

 

A quoi ça sert ?

Essentiellement, à éviter de voir le comédien derrière le personnage. A avoir une base sur laquelle on peut travailler. On a tendance à dire qu’au théâtre, tout est « signe ». C’est-à-dire que chaque information que tu envoies sera perçue par le public : tu te grattes le nez ? Vu ! Tu remets ton tee-shirt en place ? Vu ! Tu éternues ? Vu !

Or, cela n’a pas forcément de sens dans le cadre de ton personnage et dans sa situation. Imagine un instant la scène qui suit : un homme assiste à la pendaison de son fils, condamné injustement à mort. Le comédien qui joue le père, alors sensé être dévasté, se recoiffe en plein milieu de la scène. C’est anecdotique, mais totalement faux ! Pourquoi pas re-lacer ses chaussures tant qu’on y est ?

C’est donc là qu’intervient la position neutre : c’est une base vide d’information particulière, parce que ton corps à toi en raconte déjà beaucoup trop. Si tu es un peu vouté dans la vie quotidienne et que tu joues un homme puissant, ta voute naturelle trahira la qualité du personnage. Si tu es toujours un peu raide et tendu et que tu dois jouer un Don Juan, la crédibilité du personnage en sera fortement impactée.

En résumé :

  • La position neutre est une base qui permet de ne donner aucune information particulière
  • La position neutre permet de grandir le comédien, lui conférant en parti ce qu’on appelle « le charisme« 
  • Sur cette position, on vient greffer les informations particulières liées à notre personnage
  • C’est donc une double-écriture pour le corps : on vient poser sa base PUIS son personnage.

 

Et pour l’impro ?

Souvent, on entend dans les couloirs des ateliers d’improvisations des phrases du genre : oui mais ça, c’est pour ceux qui font du théâtre. Non mais allô les gars, vous faites du théâtre !

La position neutre a d’autant plus d’intérêt en impro qu’on incarne pas un personnage pendant 1h30 mais bien souvent des dizaines de personnages différents dans un mois. Alors autant leur donner un peu de poids, de puissance et de crédibilité.

De plus, c’est un outil formidable pour le corps qui amène à une meilleure verticalité, ce qui te rendra plus beau et visible sur scène. Une belle manière d’obtenir le focus sans avoir besoin de sauter partout ou d’hurler !

 

La position neutre, tu l’adoptes ou tu penses que c’est « un truc pour le théâtre classique » ?


Commentaires Facebook

Article précédent

8 raisons de passer un Week-end ensemble

Article suivant

9 façons de faire un atelier d'impro