1
Partages
Pinterest Google+

Le Charafou, tout le monde sait comment ça se prononce mais personne ne sait comment ça se dit vraiment. Donc, on a choisi la version simple : charafou. Si tu as une contre-proposition, ne te gêne pas, mais si tu l’écris sharafu avoue que la prononciation devient moins évidente. Bref, c’est un nom à la con, pour un échauffement à la con mais très drôle et efficace.

 

Principe de base

Les improvisateurs se mettent en cercle. On va désigner une première personne qui va lancer le « cha » (et non pas le chat, ça ne se fait pas). Cette personne va lever ses bras en l’air pour préparer le lancer du « cha ». Les mains sont jointes, de sorte à ce que tes bras fassent une sorte d’aiguille d’horloge. Tu choisis quelqu’un dans le cercle et tu lui envoies le « cha » en abaissant tes bras. Lui fait l’inverse : il lève ses bras pour se retrouver dans la même position dans laquelle tu te trouvais 2 secondes avant et va dire « ra ».

Puis, les deux personnes sur le côté de la personne qui a reçue le « ra » le coupent horizontalement en prononçant « fou ».

Bon, à imaginer comme ça c’est pas évident, donc on simplifie le truc : il faut se dire que tes bras sont des épées et que tu vas couper en deux (verticalement ou horizontalement) un collègue. Mais pour rire hein. Et en faisant cette action épique, tu l’accompagne d’un cri. Le « cha » pour découper verticalement, le « ra » pour recevoir le coup, le « fou » pour couper horizontalement.

 

Règles officielles de Caucus
  1. On désigne celui qui commence
    Sinon on va juste rester une heure en cercle debout à rien faire et c’est vite chiant.
  2. Celui qui commence lève les bras (mains jointes), regarde quelqu’un et envoie le « cha »
    Bon, dit comme ça, ça fait un peu secte serbo-croate un peu louche, mais quand on joue c’est beaucoup plus simple. Imagine que tu tranches gentiment en deux (à la verticale) le copain que tu regardais.
  3. Celui qui s’est fait couper lève à son tour les bras en disant « ra »
    Ce sera donc à lui de jouer et d’envoyer le « cha » au prochain tour…
  4. Les deux sur les côtés coupent horizontalement en disant « fou »
    Ils coupent chacun en deux à l’horizontal la personne qui s’est déjà fait couper dans le sens vertical. Autant te dire qu’elle va mal. Mais comme c’est un jeu, on peut continuer.
  5. Et ça recommence
    On essaie de garder un certain rythme, de ne rien anticiper (c’est « charafou » pas « rafachou » ou « fouracha » ou je ne sais quoi) et de conserver l’écoute et l’énergie.

 

Façons alternatives de jouer

Comme le jeu n’est pas très compliqué, pas mal d’alternatives existent :

  • Version silencieuse
    La même chose mais tout se fait à la vue, sans indication sonore et « charafou » verbalisé. Plus d’écoute, un peu moins de fun, ça bosse plus dur quoi !
  • Plus on est de « fou », plus on rit
    On a toujours une personne à l’envoi à et à la réception mais on a désormais 2, 3 ou même plus de personnes sur le côté qui vont couper horizontalement celui du milieu.
  • Version cadavre exquis
    On remplace le « cha » par un mot, et les deux autres essaient de compléter. Exemple, il envoie « poil », le second dit « au », les 2 autres disent « nez » (oui, nez).
  • Contrer le « Cha »
    Quand on nous envoie le « Cha », on peut contrer en faisant « Tching » et en se parant avec son bras (façon bouclier). L’envoyeur doit alors trancher en deux un autre copain !

 

Intérêt en impro ?
  1. L’écoute
    Sans écoute pas de charafou réussi. Comme pour d’autres jeux, il s’agit de ne pas anticiper ni retarder le jeu.
  2. Le rythme
    Si on le peut, on garde un rythme constant qu’on peut faire augmenter peu à peu mais toujours en écoute.

 

Le Charafou, ça t’éclate ou c’est trop compliqué pour toi ?


Commentaires Facebook

Article précédent

Comment je suis devenu le meilleur improvisateur du monde en seulement 2 mois ? La fin va vous surprendre !

Article suivant

7 trucs qu'on fait juste pour se la raconter