0
Partages
Pinterest Google+

Les séries dystopiques fleurissent de toute part. Alors déjà, c’est quoi une dystopie ? Pour résumer : c’est un monde où ce n’est pas la joie absolue, voir même tout le contraire. Pour faire plus détaillé, tu peux aussi appeler ça une contre-utopie, c’est-à-dire un monde dans lequel l’accès au bonheur est impossible (comme dans les films Matrix, Equilibrium, Soleil vert…). Tu veux bosser les « à la manière d’une dystopie », voici ce que tu dois à tout prix matter :

  1. Black Mirror
    On commence par la plus connue, la plus dingue, la plus riche de toute. Chaque épisode est un mini-film avec son propre concept, son propre univers. C’est un peu comme un match d’impro, tu peux détester un épisode et adorer le suivant. Mais souvent, on adore.
  2. The Handmaid’s Tale
    En français, « la servante écarlate ». Pour faire court, le taux de fertilité dans le monde est au plus bas et les femmes encore fertiles sont réduits à l’esclavage. La réalisation est sublime, l’image dingue, le tout est hyper prenant. Avec un rythme très lent, on est pourtant complétement happé dans l’histoire. La série est féministe et s’attaque aux notions de pouvoir et de religion. Un pur régal, magnifié par des acteurs au top qui savent en dire beaucoup sans prononcer un mot.
  3. Man in The High Castle
    Cette série peut se la péter en utilisant deux mots complexes : c’est une uchronie dystopique. L’uchronie, c’est le fait de modifier un élément de l’histoire (et donc du passé) qui change la face du monde. Là, en l’occurrence, la série (qui se base, comme souvent, sur un roman) s’appuie sur l’idée que l’allemagne nazie et le japon auraient gagné la seconde guerre mondiale. Du coup, forcément, ce n’est pas la joie absolue. Heureusement, des résistants subsistent, et c’est eux qu’on va suivre.
  4. Westworld
    Mélangeant western et science-fiction dans un cocktail parfaitement maîtrisé, Westworld questionne sur la sauvagerie de l’être humain et sur la question de la conscience. Westworld est un sorte de parc d’attractions plein de robots qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à des humains… Sauf qu’ils n’en sont pas, et que donc tout (absolument tout) est permis envers eux.
  5. 3%
    Un budget réduit pour cette série brésilienne qui part d’une idée simple : dès leur majorité, tous les jeunes qui sont pauvres (c’est-à-dire quasi tout le monde) peuvent passer une sorte de concours pour aller chez les riches. En gros, on leur promet une vie vraiment meilleure. Sauf que ce n’est pas si facile : pour accéder à ce nouveau monde, il faudra passer des épreuves. Seuls 3% d’entre eux pourront changer de vie.
  6. The Leftovers
    Et si, un matin, sans aucune explication, 2% de la population disparaissait mystérieusement (oui, les dystopies aiment bien les pourcentages) ? C’est le postulat de base de la série. On va suivre, quelques années après cet étrange et douloureux évènements, la vie d’un chef de police d’une petite bourgade. Clairement, cette série très émouvante excelle grâce au jeu des acteurs qui sont d’une finesse incroyable.
  7. Trepalium
    Une série française produite par Arte. Une seule saison, six épisodes. Autant dire que tu dois les déguster. Tout se passe dans une société hyper-précaire, où seulement 20% de la population travaille. Les autres ? Derrière un bon gros mur, histoire de ne pas mélanger les genres. En même temps, ce n’est pas mieux que de les laisser crever dans la rue (toute allusion au monde réel serait totalement volontaire).

 

Et si tu veux encore plus de dystopie, Caucus te propose d’aller voir à Bordeaux le spectacle interactif « Les Décisionnaires » :


Commentaires Facebook

Article précédent

Bonne année 2018 à ces gens-là

Article suivant

Si tu improvisais vraiment ta vie, à quel point elle serait magique ?