1
Partages
Pinterest Google+

Une catégorie qui n’est pas vraiment adaptée au match d’improvisation à la base (encore que, avec un peu d’imagination…) et qu’on va plutôt classer dans les catégories de cabaret. Reste que le concept du monde sans rire est drôle, enfin non, justement… Il s’agit de n’avoir pas un seul rire dans la salle sans quoi l’improvisation s’arrête !

 

La contrainte

L’improvisation se déroule normalement… Sauf un point précis ! Interdiction pour quiconque de rire durant l’ensemble de l’improvisation. Celle-ci n’a donc pas de durée spécifique, elle s’arrête lorsqu’une personne dans la salle se met à rire. Que ce soit au bout de 3s ou de 7h, c’est pareil (si ça dure 7h, c’est que vous n’avez qu’une personne dans la salle et qu’elle s’est endormie).

Bien sûr, au MC de bien prévenir le public, d’expliquer la catégorie comme il faut et de les inciter à ne pas rire. Forcément, deux écoles s’affrontent sur une improvisation de ce type :

  • Ceux qui veulent que ça dure : une impro bien pourrie, et on espère que le public rira. Le risque étant d’avoir une impro vraiment nulle et un rire de compassion.
  • Ceux qui veulent que ça dure, mais pas trop : ils font une impro pourrie 30 secondes puis un gros gag bien de chez nous. Rire garanti mais improvisation finalement inutile.
  • Ceux qui posent une situation hilarante : vous l’aurez compris, les plus courageux à notre goût ! L’impro démarre en étant géniale et le public doit se cacher la tête dans son pull pour minimiser ses rires tellement c’est drôle.

Attention tout de même à ne pas en faire une ode au cabotinage. La rédaction de Caucus vous conseille vivement de privilégier comme toujours la qualité de l’improvisation : la contrainte fonctionne seule, pas besoin d’en faire des caisses 😉

 

Impro type

Joueur 1 : Papa !
* Le public est stoïque *
Joueur 2 : Oui chéri ?
Joueur 3 : Oui mon coeur ?
* Le public regarde *
Joueur 4 : Oui mon fils ?
Joueur 1 : Euh… Excusez-moi mais vous ne pouvez pas être son père, c’est moi son papa.
* Le public sourit *
Joueur 4 : Vous êtes sûr ? J’ai là un acte de cession en bonne et due forme !
* Le public rit (il est sympa) *
* Le MC siffle la fin de l’improvisation *

Bon, vous l’aurez compris on a pas la place ici d’écrire une improvisation entière, et puis écrire une improvisation ça n’a pas tellement de sens. Mais si vous comprenez bien le principe, dès le premier rire d’une personne du public (ou du staff) l’impro s’arrête !

 

Recette idéale

Spectacle privilégié : Cabaret

Nombre de joueurs : Illimité

Durée : Jusqu’au fameux rire

 

Pièges possibles
  • S’ennuyer. Rien de pire que de « vouloir » gagner en durant le plus longtemps. Plus tôt les gens rient, mieux c’est.
  • Cabotiner. Si l’impro n’a plus aucun intérêt et que c’est un enchainement de vannes, autant s’abstenir.
  • Ne pas siffler. Le MC est garant du fait d’arrêter au meilleur moment. Si au bout de 3mn un rire vient et qu’il n’est pas général, arrêtez si ça aide les joueurs.
  • Oublier l’histoire. Essayez toujours de construire quelque chose, même si la catégorie s’y prête moins.

Commentaires Facebook

Article précédent

9 profils de Maîtres de Cérémonie

Article suivant

Les réactions de l'arbitre, en Gif