0
Partages
Pinterest Google+

Comme tout le monde, quand tu veux voir un spectacle, tu vas sur le site de la Fnac ou Billetreduc. Soutenir la billetterie de Caucus, pour quoi faire ? C’est un peu comme t’emmerder à aller acheter ton fromage chez le fromager, tes fruits chez le primeur et ta viande chez le boucher quand tu peux faire tout ça au supermarché. Dans tous ces cas, on ne saurait trop quoi te dire pour t’inciter à changer ton mode de consommation. Pour notre billetterie en revanche, on a quelques arguments :

  1. Pour augmenter l’offre
    Aujourd’hui, on t’avoue que c’est un peu difficile de trouver des producteurs qui veulent passer de Billetreduc à Caucus. Pourquoi ? Parce que c’est une grosse prise de risque : tant qu’on n’a pas un certain volume de ventes, passer d’une billetterie traditionnelle à nous c’est prendre le risque de moins remplir les salles. En gros, si tu veux plus de spectacles dans le monde entier proposés sur Caucus… Bah il faut déjà remplir ceux qu’on propose !
  2. Parce que ça nous permet de « vivre »
    Comme tu le sais sans doute, pour le moment 100% du travail effectué sur Caucus est bénévole, voire même à perte. On a fait le choix de 0 publicité sur le site, parce que notre indépendance nous paraît primordiale. Du coup, on a que deux axes qui nous permettent de faire rentrer des sous pour combler un peu les frais : la boutique et la billetterie.
  3. Parce qu’on est pas Lagardère
    On ne va pas dire « bouhhhhh Lagardère c’est le mal c’est une énorme boîte sans coeur ». Mais ce n’est pas parce qu’on ne le dit pas que tu n’as pas le droit de le penser. Enfin tu fais comme tu veux. Mais sache que Billetreduc c’est Lagardère.
  4. Parce qu’on est moins chers
    Les frais du site sont étonnamment moins chers sur Caucus que sur certaines billetteries (qu’on vient de citer). On est un peu les premiers surpris car comme on fait très peu de ventes, on a pas de contrat privilégié avec les banques et les partenaires. En gros, on paie des frais plus élevés, mais on fait payer ça moins cher au client final. Pourquoi ? Parce qu’on n’a pas besoin de se gaver avec des marges énormes. Notre but, c’est quand même de garder la culture accessible. On est un peu les Free de la billetterie quoi.
  5. Parce qu’on essaie de ne proposer que de la qualité
    C’est facile à dire vu qu’on a proposé que deux spectacles : « Nous aimerons-nous ? » et « Les Décisionnaires« . Néanmoins, on a beau avoir peu de spectacles à proposer, sache qu’on refuse tous les spectacles amateurs ou qui ne nous semblent pas qualitatifs. Le but aujourd’hui, c’est d’avoir une belle offre d’impro sur le site avec des spectacles vraiment qualitatifs ou novateurs. Bien sûr, impro oblige, on ne peut pas garantir à 100% le succès d’un spectacle, mais on fait une pré-sélection. Les billetteries classiques sont ouvertes à tout le monde, sans aucun égard pour la qualité de la prestation vendue.
  6. Pour soutenir des artistes qui le méritent
    On essaie de proposer une offre plus diverse et de mettre en avant les artistes qui nous émeuvent. C’est déjà la règle qu’on s’impose depuis toujours pour faire nos fiches de troupes ou de spectacles (Les ImprovocantesCompagnie Eux, Smoking Sofa…). D’où le fait qu’on parle de moins en moins des troupes qui ne font que du match ou du cabaret : ce n’est pas qu’on n’aime pas, c’est juste qu’à côté d’eux il y a des compagnies qui tentent avec difficulté de créer des spectacles magiques et qu’on préfère leur donner plus de visibilité à eux.
  7. Pour valoriser le théâtre improvisé
    Ou théâtre d’improvisation, ou improvisation théâtrale. Peu importe le terme, l’idée c’est que notre billetterie valorise une discipline encore trop peu mise en avant. On ne veut pas faire la guerre au théâtre classique, ni à la danse, ni à toute autre discipline artistique. On veut juste un endroit qui fait honneur à l’impro. C’est ce qu’on aimerait que devienne notre billetterie.

 

Envie de nous soutenir ? Réserve pour toi ou tes potes sur notre billetterie (merci d’avance, on t’aime fort).


Commentaires Facebook

Article précédent

6 spectacles où le numérique sublime l'improvisation

Article suivant

Timothée Ansieau