0
Partages
Pinterest Google+

Toute personne normalement constituée et ayant déjà visitée une salle de cinéma sait ce qu’est un Slow Motion. Le ralenti se trouve partout : courses poursuites, bagarres, mecs qui marchent en groupe… Des films comme Matrix en ont fait leur marque de fabrique, faisant du ralenti un élément de notre conscience collective.

 

Ce que l’improvisateur doit comprendre

D’abord, ce n’est pas parce qu’on sait le faire qu’il faut en abuser. Cette règle fonctionne avec toutes les techniques de jeu, mais plus particulièrement encore avec celle-ci. L’effet étant classe et laissant en plus le temps au joueur de penser à la suite (et l’instant présent bon sang ?!?), on a vite fait de se tenter un Slow Motion pour un oui ou pour un non.

Le ralenti peut s’appliquer pour deux raisons essentielles :

  1. Dramaturgique : c’est-à-dire que le ralenti aide à porter le sens de l’histoire. On ne joue pas l’effet mais on utilise le ralenti comme un réel ressort scénaristique.
  2. Fonctionnelle : cette fois-ci, le ralenti est là pour nous sauver la vie. Comme on est pas capable de jouer la scène à vitesse normale sans se mettre en danger ou être totalement confus, on joue le ralenti.

Autre point qui ne saute pas aux yeux à la lecture de l’article mais évident une fois en jeu : on est rarement seul dans la patinoire… Or, le ralenti ne fonctionne généralement que si tout le monde l’effectue en même temps.

Dernier détail : la parole. Le corps peut être au ralenti alors que la voix sort à un rythme normal. Un peu comme au cinéma quand durant la scène au ralenti la voix off parle par dessus. A voir suivant la situation, mais n’oubliez pas que la voix déformée donne un effet comique pas forcément souhaitable…

 

Exemples concrets
  • Deux personnages se battent
    On est clairement dans le ralenti fonctionnel : se battre au ralenti va être beaucoup plus simple. On peut donc réellement porter les coups jusqu’à toucher l’autre car l’absence de vitesse évite qu’il y ait une quelconque force exercée.
  • Un homme est drogué, ses amis essaient de lui venir en aide
    Imagine que tu fonctionnes au ralenti. Ta parole est à un rythme tout à fait normal, tu peux ainsi expliquer au public ton ressenti. Pendant que tu fais tout au ralenti, les gens autour de toi vivent à vitesse normal, créant ainsi la différence permettant de voir ton état. L’inverse est possible aussi : tu es à vitesse normal et ils sont plus rapide que la moyenne. Le risque étant de ne rien y comprendre…
  • Après s’être tournés autour pendant tout le spectacle, le couple tant attendu s’embrasse
    Un épisode de « Bref. » montrant un baiser entre les protagonistes après toute une saison à se tourner autour est entièrement en Slow Motion. Clairement, l’impact du baiser en est profondément augmenté, le rendant bien plus puissant qu’un simple bisou de 2 secondes après 30mn d’impro à se draguer.

 

Ce que voit le public

Pour le coup, c’est extrêmement visuel. Ton corps va tout simplement se déplacer moins vite que celui des autres. Tu dois alors décomposer au maximum tes mouvements. L’objectif est d’éviter d’avoir une partie de ton corps qui ne suit pas la logique du reste. Exemple : tes yeux bougent dans tous les sens à toute vitesse alors que tu mets 15 secondes à mettre un pied devant l’autre.

L’écoute est primordiale pour que cela fonctionne. On peut s’aider au besoin d’un bruitage ou de tout autre appel fort pour capter l’attention des camarades et leur signaler que « le ralenti commence ». Encore une fois, l’inverse peut aussi fonctionner : on est au ralenti quand on va moins vite que les autres. S’ils accélèrent tous, je suis donc bel et bien au ralenti, même si j’ai conservé ma vitesse de croisière.

 

Cool
  • Pour augmenter la puissance
    Le ralenti, ça claque. On ne peut pas le dire mieux que ça.
  • Pour clarifier le jeu
    Plus on prend le temps, plus on a de chance d’être précis et juste. Ce qui peut fortement aider l’histoire.
  • Pour appuyer le sens
    Le rythme de notre corps, comme celui de notre parole, en exprime énormément sur notre état émotionnel et physique. A utiliser pour faire comprendre quelque chose sur notre personnage au public.

 

Pas cool
  • Quand c’est désynchronisé
    On te disait que la voix peut être à un rythme différent du corps. Mais le corps lui doit être dans sa globalité au même rythme, c’est impératif !
  • Quand c’est juste pour le gag
    Si c’est juste pour faire des grimaces et qu’elles soient bien visibles du public, pose-toi la question de la réelle nécessité de cette séquence dans l’impro ?
  • Quand on en abuse
    C’est comme tout : c’est bon quand c’est consommé avec modération.
  • Quand on est seul
    Pas de groupe, pas d’effet !

 

Le ralenti (alias le Slow Motion), tu l’utilises quand ?


Commentaires Facebook

Article précédent

11 raisons que trouvent les improvisateurs pour s'embrasser

Article suivant

15 raisons qui feront que vous ne serez jamais recruté dans une ligue